Mémoire collective : 26 janvier 1978 « Le Jeudi noir »

31 janvier 2008

La première grève générale depuis l’indépendance…

Dossier réalisé par :
Néjib SASSI et Mourad SELLAMI
Mohamed Sayah, à l’époque, Directeur du PSD : «L’histoire des milices du parti est inventée»
Habib Guiza, ex-Secrétaire Général de l’Union Régionale du Travail de Gabès : « L’UGTT n’a pas tiré les leçons qu’il faut de ces évènements »

Le 26 janvier 1978, la grève générale décrétée par l’UGTT dégénère en émeutes.
C’est la première grève générale qui intervient après l’indépendance. Dès l’aube des centaines de travailleurs mais aussi des chômeurs et des jeunes investissent les artères de la capitale.
L’affrontement avec les forces de l’ordre est tellement violent que le gouvernement fait appel à l’armée, décrète l’état d’urgence et instaure, en fin d’après-midi, le couvre feu. Officiellement on déplore 51 morts. Mais du côté de la Centrale Syndicale on parle de plus d’une centaine « En tout cas, le chiffre en lui-même témoigne de la gravité des affrontements entre groupes de manifestants et forces de sécurité, au cours d’une journée marquée par des actes de déprédation à l’encontre, principalement d’établissements commerciaux et de véhicules publics et privés. Néanmoins l’ordre fut rapidement rétabli. La police et l’armée procèdent les 26 et 27 janvier, à plusieurs centaines d’arrestations parmi les manifestants et les responsables syndicaux dont M. Habib Achour, le secrétaire général de l’UGTT », écrit un historien.

« Tunis brûlera »
Lire le reste de cette entrée »


%d blogueurs aiment cette page :